Maitre Philippe Loretan

Submitted by admin on Thu, 05/17/2018 - 11:11
Maitre Philippe Loretan, Etude du Ritze, Sion, VS, Suisse
Maitre Philippe Loretan

Complicité: Destruction et Dissimulation de Preuves

Maître Philippe Loretan à aidé le procureur Frédéric Gisler à dissimuler et à tenter de détruire des preuves vitales qui ont prouvé mon innocence lors d'une enquête de meurtre. C'est ce qu'on appelle l'entrave à la justice et la destruction et la dissimulation de preuves. Il ne se fait pas plus grave, ou criminel, que cela. Sauf peut-être quand votre propre avocat est complice.

C'est une histoire longue et compliquée de corruption policière, de dépravation sexuelle sordide, de dépression, de suicide et d'amitié.

Maître Philippe Loretan était mon Conseil de défense, et il est laissez-faire pendant que la police et le procureur ont dissimuler et tenter de détruire des preuves critiques pendant une enquête de meurtre. J'ai dit à maintes reprises à maître Philippe Loretan que la police a tenté de détruire cette preuve juste en face de moi pendant mon interrogatoire, et malgré cela, il n'a pas agi lorsque inspecteur Fabien Fontannaz a écrit dans un e-mail du 22 mai 2015, qu'il avait l'intention de "détruire" un énorme cache de preuves, tandis q'une enquete de meurtre étaient encore ouverte contre moi. Les accusations n'ont pas été abandonnées avant le 11 mars 2016, et uniquement après que j'ai porté plainte criminel contre la police et procureur Valaisan via mon avocat de Amnesty International Maitre Pierre Bayenet. Ma plainte a detaillé neuf violations des droits de l'homme, abus Maitre Philippe Loretan a aussi essayé de dissimuler.

Si vous voulez savoir comment sale, comment corrompu, comment absolument malveillante le système juridique suisse est, lire la suite...

Mon bon ami Oscar de Llano a pris un emploi au Credit Suisse à Zurich, en Suisse au début de 2002, mais en quelque sorte tombé dans la dépression et se sont suicidés dans ma maison de vacances (où il séjournait après avoir été expulsé de son apart a Zurich l'année précédente), le 28 avril 2015.

Quand j'ai signalé au police que j'ai trouver son corps, la police m'a immédiatement accusé de mener une double vie, et après l'avoir assassiné dans un étrange jeu de sexe sado-maso homosexuel mal tourner. Il n'y avait absolument aucune preuve, aucune indice, d'une telle chose; tout est venu de la malade tordus esprits puritains de la Suisse  "Police Judiciaire " qui est l'équivalent du FBI américain ou Britannique MI5. Dans sa message d'adieu, mon ami a dit qu'il avait pris une overdose de médicaments sur ordonnance et a essayé de se pendre. Pourtant, bizarrement la police a trouvé les marques de ligature autour de son cou pour être inexplicable.

Peut-être ont-ils rappelé le meurtre de Meredith Kercher qui s'est produit juste au-dessus de la frontière en Italie; la frénésie médiatique pendant le procès pour meurtre d'Amanda Knox; et se sont imaginé être poussées dans les feux de la rampe que les flics courageux qui a qui a attrapé le meurtrier de jeu de sexe Sado-Maso?

Qui sait, mais ils ont à peine eu le temps de regarder la scène avant qu'ils ont fait le scénario tout bizarre.

Mon avocat régulier Maître Pierre-Andre Veuthey était malade, donc mon fournisseur d'assurance juridique  "La DaS " m'a conseillé a retenir les services de Maitre Philippe Loreten un avocat chez Etude du Ritz a Sion (VS), Suisse.

Au moment où j'ai eu une rencontre avec maitre Philippe Loretan, c'était le 21 mai, trois semaines après mon arrestation au cours de laquelle j'avais été brutalement torturé et sexuellement humilié pour avouer un meurtre de jeu de sexe Sado. La police Suisse a projeté tous leurs malades et tordus homoérotique Sado-Maso fantasmes sexuels sur moi, puis les a joué.

Oh l'ironie! Ironie tristement perdu sur la police Suisse et le procureur; bien sûr, ils sont sadiques, mais les mots m'échappent quand j'essaie de décrire leur manque d'intellect.

Beaucoup centré sur deux messages texte envoyé par Oscar heures avant sa mort.

Vous voyez, au cours de mon interrogatoire-après avoir été refusé un avocat et traducteur-inspecteur de police Fabien Fontannaz a tenté de supprimer un message texte de mon téléphone dans lequel Oscar s'excuse pour les ennuis qu'il m'a causé, dit-il pris une surdose massive de médicaments sur ordonnance, bu tellement qu'il ne se souvient pas de son propre nom, et a essayé de se pendre.

Premier inspecteur Fabien Fontannaz dit que le message  "n'était pas important "; puis il a essayé de le supprimer. J'ai donc verrouillé mon téléphone et demandé de voir le procureur.  Procureur de district (Procureur) frederic Gisler a montré quelques heures plus tard, totalement ignoré ce message, ignoré l'alibi de mon partenaire et m'a emprisonné de toute façon. Il a saisi ma maison, tous mes ordinateurs, tablettes, téléphones portables; même tous les vêtements que je portais, me laissant nue dans le froid. Prenez note: J'ai été détenu pendant six heures d'attente pour le procureur de district de se présenter, mais a nié un avocat pendant ce temps, malgré les demandes répétées. Mais je m'égare.

=====

Lors de notre première réunion 21 mai 2015, maître Philippe Loretan a déclaré que le message était de  "Critical importance " parce qu'il a clairement expliqué la mort d'Oscar. J'ai expliqué à maître Philippe Loretan que l'inspecteur Fabien Fontannaz a tenté de supprimer ce "message texte du suicide" juste en face de moi, au début de mon interrogatoire. J'accusait la police de falsification de preuves, une très grave accusation.

Puis quelque chose d'étrange s'est produit. Maître Philippe Loretan a refusé de poursuivre avec le procureur Frédéric Gisler sur le statut de cette preuve critique, une partie de ma défense dans une enquête de meurtre.

Puis les choses sont devenues plus étranges, le lendemain, la police a retourné certains de mes ordinateurs, mais mon téléphone mobile a été cassé. Pas physiquement, la mémoire avait été frite. La police a-t-elle délibérément brouillé mon téléphone pour détruire des preuves? J'étais très inquiet.

Enfin l'impensable: le même jour, l'inspecteur Fabien Fontannaz a écrit à mon avocat maître Philippe Loretan avec une liste d'objets saisis de ma maison. Il a dit que je devais lui indiquer quels objets étaient ma propri été, et tous les autres objets, la propri été de mon ami défunt Oscar de Llano, devaient être détruits.

Maître Philippe Loretan n'a rien vu de mal à ça. Cependant, pour moi, un procureur qui ordonnait la destruction de preuves critiques dans une affaire de meurtre semblait bien au-delà de l'incompétence ou de la négligence; J'ai été encadrée et la note de suicide a été  "incommode ".

J'ai demandé à maintes reprises à maître Philippe Loretan d'agir pour récupérer une copie de ce message texte de suicide de la compagnie de téléphone; ou pour que le procureur confirme qu'il a été introduit en preuve. Je l'ai exhorté à s'opposer à la destruction des affaires d'Oscar qui peuvent contenir des preuves essentielles prouvant mon innocence de son meurtre.

Maître Philippe Loretan n'a pas agi.

C'est pourquoi je dis, maître Philippe Loretan m'a vendu au procureur. Il a ignoré les allégations sérieuses de falsification de preuves, de destruction de preuves et d'obstruction à la justice.

Si vous voulez lire tous les détails les plus rudes, les courriels échangés entre Maitre Philippe Loretan, l'inspecteur Fabien Fontannaz, le procureur Frédéric Gisler et moi-même, lisez ci-dessous. C'est une histoire très compliquée, parce que c'est la façon dont les individus corrompus entravent la justice.

Par obscurcissement.

Il est possible que Maitre Philippe Loretan soit incompétent, mais après sa manipulation de mon affaire de meurtre, je sens qu'il m'a intentionnellement vendu au procureur Frédéric Gisler, faisant des erreurs de base afin de minimiser mes dommages et d'aider le procureur public à dissimuler des preuves.

Permettez-moi de vous expliquer. Après une perquisition et une saisie à mon lieu d'affaires, un serveur d'ordinateur et un téléphone mobile ont été retournés endommagés par la police du Valais à son bureau le vendredi 22 mai 2015. Cliquez ici pour lire l'e-mail de l'inspecteur de police Fabien Fontannaz disant qu'il est de retour d'un ordinateur et deux téléphones mobiles.

J'ai prévenu maître Philippe Loretan par email le mardi 26 mai 2015 (cliquez ici pour lire) des dommages parce que c'était un long week-end, mais il a refusé d'agir, en disant que je  "a dû attendre ". Dans cet e-mail, je fais spécifiquement référence au fait que, parce que mon téléphone mobile a été endommagé, je n'ai plus eu une copie de la  "message de suicide " envoyé par mon ami Oscar de Llano.

Dans cet e-mail, je me réfère également au fait que lors de notre réunion le vendredi 22 mai 2015, maître Philippe Loretan a déclaré que Frédéric Gisler l'a appelé et a déclaré que ma détention était illicite, l'inspecteur Fabien Fontannaz serait  "enguirlandé" (sévèrement réprimandé), l'affaire serait immédiatement être fermé et le procureur Frédéric Gisler envoyé ses excuses.

En fait, pas tout cela est dans l'e-mail à maître Philippe Loretan.

J'aurais dû me répéter. Ce qui a été discuté a été décrit plus précisément dans un e-mail que j'ai envoyé mon père directement après la rencontre avec maitre Philippe Loretan le vendredi 22 mai qui suit:

Philippe Loretan says case will be close, police reprimanded
Philippe Loretan dit mon cas sera clos, la police enguirlandé

Le Tribunal Suisse dit que j'ai tout fabriqué; aucun de ces événements n'a jamais eu lieu.

Le Tribunal Suisse insiste sur le fait que mon téléphone a été cassé après que la police Suisse me l'ait renvoyée  "probablement entre mai et novembre 2015 " malgré le fait que j'ai la preuve que j'ai dit à mon avocat Philippe Loretan le 26 mai qu'il avait été retourné à moi endommagé et malgré le fait que j'ai demandé à mon avocat d'exploiter tous les moyens nécessaires pour récupérer cette preuve critique qui etait sur le telephone: le message d'adieu.

C'est une mauvaise foi stupéfiante de la part des tribunaux suisses.

Mais demandez-vous sérieusement: si j'avais été accusé de meurtre, aurais-je écrire à mon père en Australie en lui disant de ne pas s'inquiéter, tout serait fixé mardi prochain si je n'ai pas sérieusement croire que c'etait le verite?

Est-ce que je détruirais mon propre téléphone contenant des preuves critiques de mon innocence? Tu plaisante?

Alors maintenant retour à maître Philippe Loretan, le message texte insaisissable et mon équipement endommagé. J'ai attendu quelques jours et je lui ai rappelé, dans le délai de dix jours que j'avais en droit suisse, d'aviser le procureur général que mon équipement avait été endommagé. Maître Philippe Loretan attendu plusieurs jours de plus, avant il a répondu en disant que j'avais besoin d'être patient.

C'était le 2015 mai. Plusieurs années plus tard, en 2017, la Cour cantonale du Valais a déclaré qu'elle n'était pas responsable des "dommages allégués" car elle n'avait pas été déclarée dans le délai de dix jours prévu par la Loi.

OK, l'équipement contenant des preuves critiques a été retourné endommagé le 22 mai 2015; Maître Philippe Loretan n'agit pas pour signaler les dommages, ou pour récupérer une copie du message; puis en août 2015 me demande de confirmer que c'était bien la police qui a causé les dommages. Je ne savais pas à l'époque, il était trop tard pour réclamer la perte de mon téléphone; mais maître Philippe Loretan l'a sûr ement fait. Il jouait juste avec moi, feignant de ne pas comprendre, faisant comme s'il faisait son travail.

J'ai fait l'allégation très grave de falsification de preuves et d'obstruction à la justice. Ensuite, la police détruit plus de preuves, et encore plus est détruit lorsque mon téléphone est retourné inopérant. Pourtant, maître Philippe Loretan prétend ne pas comprendre.

D'où mon affirmation, maître Philippe Loretan était probablement en collusion avec le procureur Frédéric Gisler pour saboter mon affaire, pour les aider à couvrir ce qu'ils ont fait.

Je lui ai demandé à maintes reprises d'agir, mais il a répondu à maintes reprises que je devais attendre.

Falsification de preuves

Vous voyez, il y avait beaucoup plus à cela que juste un ordinateur portable, ordinateur de bureau, six serveurs et téléphone mobile.

Au cours de mon interrogatoire une impasse s'ensuivit après l'inspecteur Fabien Fontannaz essayé de supprimer un message texte de mon ami défunt Oscar de Llano juste en face de moi.

J'ai verrouillé le téléphone, et a exigé un avocat et un traducteur, mais n'a pas eu non plus.

Dans ce message, Oscar a dit qu'il avait pris une overdose de médicaments sur ordonnance, avait bu si lourdement qu'il a oublié son propre nom, et avait essayé de se pendre. Voici une copie de ce message que j'ai finalement reçu autour de septembre 2015:

Oscar's "suicide" SMS

Maintenant, gardant à l'esprit la police Suisse savait que j'avais un alibi, et ils avaient vu ce message texte à l'arrivée sur les lieux, j'ai suggéré à maître Philippe Loretan que la police qui prétend trouver  "marques autour de cou Oscar de Llano inexplicable " d'être une revendication absurde. La police a tenté de détruire cette preuve, puis l'a saisie, et a refusé de répondre aux demandes concernant s'ils l'avaient ou non. Avaient-ils l'intention de détruire ce message, s'ils pouvaient trouver un moyen de me piéger pour meurtre?

Plus important encore, le maître Philippe Loretan était-il complice de cette falsification de preuves?

Maître Philippe Loretan a-t-il conspiré contre moi, son propre client?

J'ai tenté à maintes reprises d'obtenir une réponse du procureur Frédéric Gisler quant à savoir si ce message avait été récupéré ou s'il avait été perdu. J'ai demandé à tous les avocats: Johann Fumeaux, pierre-andre Veuthey, Amandine Francey et Philippe Loretan de le découvrir. Maitre Philippe Loretan a appelé ce message texte  "Critical " lors de notre réunion du 21 mai 2015; Je lui ai expliqué comment l'inspecteur Fabien Fontannaz avait tenté de le supprimer; et quand mon téléphone a été retourné cassé, j'ai réitéré l'importance de découvrir du Procureur s'il avait récupéré ce message. Bizarrement Maitre Philippe Loretan soudainement perdu tout intérêt. A-t-il été dit de brouiller? Le 21 mai 2015, ce message était  "Critical "; le lendemain  "sans importance". Comment cela pourrait-il être?

J'ai demandé à maître Philippe Loretan si il serait possible pour lui de récupérer une copie de ce message de la compagnie de téléphone, mais il a dit  "seule la police pourrait le faire". Je n'ai jamais vérifié si c'est vrai, mais je dois dire que j'ai mes doutes. Il est certain que le propriétaire d'un service téléphonique peut demander des copies de méta-données? Les compagnies de téléphone le gardent pendant six mois apparemment; J'ai dû attendre 5 angoissante mois jusqu'à la fin septembre 2015 avant que la police a publié leur rapport qui contenait ce message. À ce stade, le procureur Frédéric Gisler était encore en disant qu'il  "destiné à fermer le fichier ". J'ai limogé le maître Philippe Loretan sur les soupçons de collusion, embauché maître Pierre bayenet sur les conseils d'Amnesty International, a déposé ma réclamation de dommages-intérêts en novembre 2015 et a fui le pays.

Le procureur Frédéric Gisler attendu quatre mois-pour voir si je reviendrais de l'Australie-puis a chuté les accusations de meurtre et fermé le fichier  "pour réduire ma réclamation de dommages-intérêt".

Destruction des éléments de preuve

Qui a soulevé la question: si la police Suisse ont été en mesure de copier toutes les données de mon téléphone, comment se fait-il a été retourné à moi cassé?
Réponse: destruction de preuves. La police Suisse a détruit mon téléphone donc si ils voulaient, ils nient Oscar  "suicide " message jamais existé.

Je leur ai montré le message, je savais que c'était du contenu; la seule raison de ne pas reconnaître son existence serait clairement de laisser ouverte la possibilité de détruire des preuves. Il est important de noter que la police Suisse a immédiatement détruit le téléphone d'Oscar, avant qu'ils ne retournent mon équipement. Au moment où j'ai réalisé que mon téléphone était non-fonctionnel, j'ai aussi réalisé que, par conséquent, toutes les copies de Oscar  "suicide " message texte avait été perdu. Cliquez ici pour lire l'email du 22 mai 2015 où l'inspecteur Fabien Fontannaz déclare qu'il détruit tout l'équipement d'Oscar. Pourquoi? Sûrement, il devrait devenir la propriété de  "Next of Kin "?

Le procureur Frédéric Gisler a donc demandé à l'inspecteur Fabien Fontannaz de détruire la preuve dans une affaire de meurtre alors que cette affaire était encore ouverte.

Réfléchissez-y un instant. Un procureur détruisant la preuve et l'admettant par écrit!

Pourtant, en quelque sorte, malgré ce message étant "critique pour ma défense " dans une affaire de meurtre, maître Philippe Loretan laisser la piste se refroidir. Il a refusé de le suivre avec la compagnie de téléphone.

Maître Philippe Loretan ne s'opposa pas à ce que la poursuite détruise des preuves critiques qui auraient pu prouver mon innocence de meurtre.

Maître Philippe Loretan semble avoir connivence avec le procureur Frédéric Gisler pour me piéger, son propre client, pour meurtre en étant complice de falsification de preuves. C'est une grosse affaire.

Près d'un mois après notre première réunion, sans surprise maître Philippe Loretan a continué à refuser de prendre aucune mesure pour récupérer cette pièce critique de la preuve. Cliquez ici pour lire mon email du 16 juin 2015 où je lui rappelle que je suis toujours en attente pour lui de me mettre à jour sur ce  "élément critique de la preuve ". J'ai commencé à soupçonner qu'il était intentionnellement saboter mon cas maintenant, et a commencé ma recherche d'un autre avocat. J'avais déjà essayé quatre avocats du Valais: Fumeaux, Veuthey, Francey et Loretan; alors j'ai décidé que j'avais besoin d'un avocat d'un autre canton. Vous voyez, je me suis rendu compte que le procureur est si puissant, et la Suisse si corrompue, que le seul moyen efficace d'obtenir une défense appropriée est d'utiliser un avocat d'une autre juridiction qui n'a pas à  "Play Ball " avec le cesspit peu corrompu d'un juridique système dans chaque canton suisse.

C'est pourquoi j'affirme que maître Philippe Loretan a plus que probablement connivence avec le procureur général Frédéric Gisler; toute personne raisonnable déduire qu'il a probablement saboté ma défense dans une affaire de chambre.

Puis j'ai découvert en 2018 que maître Philippe Loretan a obtenu son diplôme de droit à l'Université de Fribourg, la même université que le procureur Frédéric Gisler assisté.

Mon avocat de la défense maître Philippe Loretan et le procureur qu'il a omis de poursuivre lorsqu'il est présenté avec des preuves de la torture, la falsification des preuves, et l'obstruction de la justice sont à la fois l'Université de Fribourg alumni. Mais ne prenez pas mon mot pour lui, voici le profil LinkedIn de Philippe Loretan (cliquez ici pour une capture d'écran)

Enfin, en novembre 2017, la Cour cantonale du Valais a déclaré dans son jugement que tous les courriels précédents étaient des contrefaçons; tout ce que j'ai prétendu était un mensonge; et même si ce n'était pas il a été irrecevables que j'ai raté la date limite de découverte.

Si cela ne vous convainc pas que le système juridique suisse est plus corrompu que le Nigerie, je me suis plaint à maître Philippe Loretan que j'avais été maltraité par la police et je voulais déposer plainte pénale.

Convention des Nations Unies contre la torture (elle)

Quand je suis finalement allé voir un avocat qui n'était pas complètement corrompu et dans la poche du procureur, il m'a dit que j'avais été soumis à un total de neuf violations de la Convention des Nations Unies contre la torture (UNCAT).

Je pourrais comprendre si Maitre Philippe Loretan peut-être manqué un ou deux; Cependant, pour lui de s'asseoir et de m'écouter lui dire de l'épreuve que j'ai souffert à travers, et pour maitre Philippe Loretan de répondre  "ce n'est rien d'inhabituel; aucune cause pour une vraie plainte  "est ahurissant. Sauf bien sûr, il est complètement et totalement corrompu et a été collusion avec le procureur Frédéric Gisler pour couvrir tout cela.

Ma plainte peut être lue en détail ici, mais ci-dessous est un bref résumé de ce que Maitre Philippe Loretan trouvé sans exception.

Défilé autour de nu dans le froid glacial

Maitre Philippe Loretan m'a dit "rien dans le dossier de police ne suggère un mauvais traitement". Comme si en quelque sorte la police vont mettre dans le fichier qu'ils ont menacé de mer moi (ce qu'ils ont fait) pour me forcer à signer un formulaire disant que j'étais bien traité (je n'étais pas) et ne voulait pas d'un traducteur (je l'ai demandé à plusieurs reprises pour un) avant qu'ils ont permis à l'  Maitre Johann Fumeaux dans la salle d'interrogatoire.

Ce qui était dans le dossier a été le fait que la police a saisi chaque point de vêtements de mon dos, même mes chaussettes et sous-vêtements, et m'a laissé pieds nus pratiquement nue dans 5 degrés Celsius, le port de papier de la prison mince problème de coton t-shirt et pantalons.

Maitre Philippe Loretan n'a rien vu de mal à cela, ou la manière préméditée ils l'ont fait: du poste de police, après avoir été interrogés de 18h à 5h30, et en cours d'un médical forcé dans une salle pleine de gens, ils m'ont pris 100 mètres sur la route de L'hôpital de Martigny pour un autre examen médical comprenant deux échantillons de sang sous la contrainte; puis m'a jeté en prison pendant deux heures à 6H, donc je n'ai pas dormi; puis je suis retourné à l'hôpital à 7h30, prenant un uniforme de prison de la prison avec eux (pour mon troisième hôpital de Sion médical), puis m'a défilé presque nue et m'a renvoyé en prison. Je sais qu'ils ont apporté l'uniforme de la prison avec eux, parce que le directeur de la prison a discuté avec eux de l'origine de l'uniforme de la prison que je portais. J'ai failli me faire dépouiller.

Menaces de violence, recours à la force, déni de: eau, avocat, traducteur, toilette

J'ai été détenu et interrogé pendant plus de neuf heures, période pendant laquelle on m'a refusé l'eau potable, l'accès à une toilette, un avocat, un interprète et un accès consulaire. J'ai eu un téléphone portable arraché de ma main, le deuxième saisi sur ordre personnel du procureur Frédéric Gisler et remis à l'inspecteur Fabien Fonatnnaz malgré mon allégation nivelée à Fontannaz en face de Gisler que le premier avait tenté de détruire des preuves sur ce téléphone.

Enfin, quelques instants avant l'avocat de service (en réalité une marionnette de chaussette contrôlée par la police) entra dans la salle d'interrogatoire, j'ai été menacé par  "waterboarding " si je n'ai pas signé tous mes droits, se soumettre à chaque demande de la police, et leur permettre de...

Humiliation sexuelle

... effectuer trois examens médicaux, dont l'un devait avoir lieu immédiatement, dans la salle d'interrogatoire.

La police voulait me dépouiller nue, prendre des échantillons de mes organes génitaux, et de photographier chaque pouce carré de mon corps ultra-Close-up avec un appareil photo numérique SLR et une règle.

Je n'avais pas envie de me soumettre à ça. Je passais littéralement de la déshydratation, avait besoin de la mauvaise toilette, et ils allaient me faire grossir et m'arroser si je n'ai pas respecté ce qui se traduirait par moi d'être laissé dans ma propre saleté quand ils m'ont emmenée en prison. Les excréments mouillés ont monté des vêtements sur une nuit Suisse froide. Ce truc pourrait te tuer.

Alors ils ont eu à jouer leur jeu d'humiliation sexuelle, pour me montrer qui est le patron. Par la Loi, ils auraient dû me prendre à l'hôpital, et il aurait dû être conduit par un médecin. Cependant, cela n'aurait pas eu l'effet désiré; même si immédiatement après avoir fait cela et m'avoir interrogé, ils m'ont emmené à l'hôpital de Martigny qui était littéralement 100 mètres en bas de la route pour prendre un échantillon de sang avant de me jeter en prison à la prison de Martigny.

Non, ils voulaient vraiment me salir et j'ai honte d'admettre qu'ils m'ont secoué.

Bien sûr, l'humiliation sexuelle est tout au sujet de la honte.

Privation de sommeil

J'ai atterri en prison vers 6H du matin, mais gardez à l'esprit que c'était un plein douze heures après mon interrogatoire a commencé, et ils m'ont mis dans une cellule de congélation avec une petite plaquette mince de gaufrette, et une fenêtre qui a été bloquée ouverte. Je ne pouvais pas le fermer en tout cas. Il était en dessous de zéro dehors, je suis allongé là frissonnant et je n'ai pas dormi un clin d'œil. La police est revenue me chercher vers 7 h 30, m'a applaudie et m'a conduit à l'hôpital de Sion. Une fois là-bas, j'ai dû attendre une heure avant qu'ils m'escortent pour voir le coroner.

J'ai subi mon troisième examen médical, et la police a insisté pour être présente une fois de plus malgré mes protestations. Comme la femme médecin m'a examiné, le photographe de police qui avait été à ma maison, puis au poste de police, une fois de plus pris des photos et saisit mes vêtements en les mettant dans des sacs de preuve pièce par pièce. Le coroner a fait à un moment donné dire  "Donnez-lui quelques vêtements, il gèle, frissonnant de froid " mais le photographe de la police les a ignorés, et a continué effroyablement emballer mes vêtements, et de prendre des photos de moi entièrement nue.

Non, maître Philippe Loretan ne pense pas que la privation de sommeil, être dépouillé et défilé autour de nu, photographié nue sous la contrainte ou d'avoir vos ordinateurs et téléphone mobile rompu au-delà de la réparation est tout à craindre. Même quand il y avait des preuves critiques sur ces ordinateurs, la police a essayé de détruire devant moi. En fait, maître Philippe Loretan m'a dit que j'étais difficile.

C'est le genre de personnes que les suisses sont; ou dans ce cas, l'appareil étatique, la police, les procureurs, les avocats: ils sont un groupe de racistes Puritains qui pensent que tout le monde qui n'est pas Suisse est un animal sale pour être traité comme tel.

Sérieusement, épargnez-vous l'argent et de vous représenter, ou d'embaucher un balayeur de rue parce que le balayeur de rue est probablement un étranger et donc moins susceptibles de vous poignarder dans le dos la façon dont les avocats en Valais faire.

Enfin, je demande à tous ceux qui lisent cela, de se rappeler comment les suisses traitent les non-suisses.

Comment ils sadiquement la torture, humilient et apprécient la souffrance des non-suisses.

Rappelez-vous, personne Suisse n'est jamais votre ami.